UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Muriel Mie, Associée, Claisse & Associés

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Interview de Me Muriel Mie, récemment nommée associée de Claisse & Associés.

Selon vous, qu’est-ce qui a présidé à votre cooptation ?

J’adhère depuis longtemps aux méthodes synergiques de travail du Cabinet, sans rivalité, et en transmets les valeurs depuis que je suis directrice. La satisfaction des clients, au-delà du simple droit, est la pierre angulaire de ma pratique. Je pense que mon association est donc à la fois le résultat d’un long travail au sein du Cabinet et le tournant dans le développement exponentiel de notre activité en droit social.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Je suis diplômée de l’Université de Paris Sud. J’ai exercé quelques temps dans des cabinets généralistes à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Yvelines, avant de rejoindre Claisse & Associés en 2005. Le Cabinet était de taille moyenne à mon arrivée, et j’ai été en charge rapidement du droit social. Je me suis progressivement spécialisée dans cette matière. Le Pôle Droit social a été créé en 2015 sous ma direction. Aujourd’hui rebaptisé « Droit social, sécurité sociale et santé au travail », il représente une part importante de l’activité du Cabinet, en témoignent les sollicitations spontanées de plus en plus nombreuses.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Je pense qu’Yves Claisse, par son expérience, sa pédagogie et sa grande technicité, a été celui qui a le plus influencé ma carrière. Il m’a permis de m’investir dans une matière précise, en mouvance constante et de sortir de ma pratique généraliste.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

J’ai la chance d’exercer dans un environnement où chaque semaine peut apporter son lot de bons souvenirs, tout autant que de difficultés bien sûr ! Le métier d’avocat est finalement très humain, tant dans nos relations entre confrères qu’avec nos clients.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Sur les 15 dernières années, je n’ai pratiqué quasiment exclusivement que du droit social, en contentieux et conseil, individuel et collectif et, plus récemment, en matière de restructuration. Il s’agit d’accompagner des entreprises dans le cadre de fusions / acquisitions, de transferts d’actifs et de dissolution / liquidation (PSE). C’est assez différent, mais passionnant ! Ma formation et mes interventions m’amènent aussi à entretenir une compétence plus large en droit privé et procédure civile, ce qui est un atout au regard des évolutions législatives et réglementaires actuelles.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d’activité ? 

Deux choses selon moi. D’abord la procédure contentieuse devant la Cour d’appel qui devient très technique et emprunte au droit civil, alors que les experts des procédures orales n’y sont pas habitués. Ensuite, la création du CSE qui donne un nouveau visage aux relations collectives et supprime les superpositions de représentativité parfois génératrices de blocages et de conflits.

Qui conseillez-vous ?

Une grande variété de clients : des associations, des fondations, des offices de l’habitat, des entreprises industrielles et commerciales, des établissements publics et parapublics, des hôpitaux, des sociétés d’économie mixte, des collectivités territoriales…

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)