« Ce cabinet est né d’une volonté de réunir des spécialistes du droit des produits, avec un objectif : faire du droit des produits un pilier de l’entreprise »

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Gilles Boin et Gaëlle Saint-Jalmes à propos de la création de Qolumn, un cabinet d’avocats dédié au droit des produits alimentaires et de grande consommation.

Pourquoi avez-vous créé ce cabinet ?

Ce cabinet est né d’une volonté de réunir des spécialistes du droit des produits, avec un objectif : faire du droit des produits un pilier de l’entreprise. Pour une entreprise fabriquant ou mettant sur le marché des produits, le droit des produits est essentiel à son business, et il peut même devenir un avantage concurrentiel.

Pourtant, ce domaine du droit est encore méconnu et il y a peu de spécialistes en France, en tout cas peu d’équipes structurées autour de cette activité. Nous avons donc l’ambition de devenir un, sinon le cabinet de référence en France pour cette matière, ce qui nous permettra également d’aider à valoriser les fonctions liées à ce domaine, que ce soit dans les directions juridiques ou les services d’affaires réglementaires des entreprises.

Quelle est sa spécificité ?

Qolumn a une approche entièrement sectorielle, puisqu’il est dédié aux entreprises du secteur de la consommation (alimentaires, cosmétiques, santé et bien-être, et tout autre produit de consommation).

Nous connaissons très bien les produits de nos clients, leur marché et leurs enjeux business et cela nous permet d’être plus efficaces et pertinents dans la gestion des dossiers de nos clients.

Par ailleurs, pour cette clientèle, notre activité est exclusivement dédiée au droit des produits, même si cela recouvre en pratique du droit pénal (notamment dans le cadre de contentieux pénaux initiés par la DGCCRF), du droit administratif, du droit de la consommation, du droit européen, etc. Mais nous sommes avant tout un cabinet de spécialistes de la règlementation des produits, et c’est pour cette compétence rare que nos clients viennent nous voir.

Quelles sont les perspectives de développement ?

Le droit des produits alimentaires et de grande consommation présente encore un énorme potentiel. Non seulement nous sommes peu à bien le connaître et le maîtriser, mais beaucoup d’entreprises faisant face à des problématiques liées à la règlementation des produits, ignorent encore qu’elles peuvent faire appel à des avocats pour ces sujets, et qu’elles y gagneraient en efficacité, que ce soit au stade de la conception et de la mise sur le marché de leurs produits, ou encore à l’occasion des contrôles de l’administration.

Pour le moment, nous sommes une équipe de 4 personnes, 3 avocat.es et une juriste, mais nous souhaitons renforcer l’équipe. A moyen terme, nous aimerions également agrandir l’équipe avec un ou une associé.e qui puisse apporter une complémentarité à nos clients, tout en restant cohérent avec notre positionnement en droit des produits et notre approche sectorielle.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier   

L'annuaire du Monde du Droit