UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Assurance-vie : droit de renonciation de l'investisseur profane et obligation précontractuelle d’information

Assurances
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le juge doit analyser la situation concrète de l'assuré pour déterminer s'il était ou non parfaitement informé des caractéristiques essentielles de l'assurance-vie souscrite lorsqu'il a exercé son droit de renonciation.

Mme X. a souscrit un contrat d'assurance sur la vie sur lequel elle a versé une somme, investie sur des supports en unités de compte.Elle a exercé la faculté de renonciation prévue à l'article L. 132-5-2 du code des assurances en invoquant le non-respect par l'assureur de son obligation précontractuelle d'information.Ce dernier n'ayant pas donné suite à cette demande, Mme X. l'a assigné en restitution des sommes versées, déduction faite des rachats partiels opérés. Dans un arrêt du 30 janvier 2018, la cour d'appel de Paris a condamné l'assureur à restituer à Mme X. une certaine (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne