Remarque sexiste n'est pas harcèlement

Santé et sécurité au travail
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une unique remarque sexiste du dirigeant envers une salariée ne constitue pas un harcèlement sexuel.

Une salariée a saisi la juridiction prud'homale d'une demande tendant à requalifier sa démission en licenciement sans cause réelle et sérieuse et à obtenir paiement de diverses sommes à titre de dommages-intérêts pour harcèlement sexuel. Le dirigeant de l'entreprise a apposé une carte de visite sur le nouveau fauteuil qui avait été mis à la disposition de la salariée et qui comprenaient les termes suivants : "avec les compliments de la direction qui prend soin de votre derrière si charmant". La cour d'appel de Grenoble a débouté la salariée de sa demande.Elle a constaté que le dirigeant de la société avait émis une remarque inappropriée sur le physique de la salariée mais elle a retenu que, si (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Lex Inside du 25 janvier 2023 :

Lex Inside du 18 janvier 2023 :

Ténors du Droit : un référentiel de compétences pour les avocats dirigeants et créateurs de cabinets