UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Bâtonnat Paris 2020 : Interview de Rabah Hached et Aïcha Dourouni Le Strat

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Interview de Rabah Hached et Aïcha Dourouni Le Strat, candidats au bâtonnat et au vice-bâtonnat du barreau de Paris pour le mandat 2020/2021.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Nous nous présentons pour faire bouger les lignes et rompre avec le système.

Quels sont les principaux axes de votre programme ?

Nous proposons aux Confrères un programme contenant des mesures concrètes, réalistes et réalisables :

- Nous réduirons sensiblement le train de vie de l’Ordre, lequel est faramineux.
- Nous allons mener une lutte implacable contre le gaspillage de l’argent des Confrères.
- Nous diviserons par deux l’indemnité du Bâtonnier et du vice Bâtonnier. Pour nous, c’est ça le dévouement et le désintéressement.
- Contrairement au système, nous serons très avares avec l’argent des avocats.
- Nous commanderons un audit des finances l’Ordre dont les résultats seront publiés.
- Nous ferons en sorte que les cotisations soient proportionnelles aux revenus. Le recours à un barème est envisageable. En somme, nous allons travailler pour la refonte de notre régime de cotisations, la progressivité des cotisations CNB et nous ouvrirons le chantier sur la RCP en fonction du chiffre d’affaires.
- Les dépenses de l’Ordre supérieures à 20.000 € feront l’objet d’un appel d’offres.
- Les missions accomplies par des avocats seront soumises aux appels d’offres.
- La désignation dans le cadre de l’aide juridictionnelle se fera par un algorithme ou un logiciel, ce qui évitera le copinage.
- Nous renoncerons au bénéfice de l’appartement mis à la disposition du Bâtonnier (4ème étage de la maison du Barreau). Il pourra éventuellement accueillir la pépinière (Jeunes Confrères..).
- Nous resterons les confidents de nos Confères. Mais nous renoncerons à exercer la fonction d’autorité de poursuite.
- Nous encouragerons le bénévolat des Confrères qui le souhaitent, ils seront prioritaires pour donner des cours à l’EFB ou à la fixation des honoraires.
- Le budget de l’Ordre consacre 120.000 € à la solidarité, soit entre 0% et 1% dudit budget, alors que la CNBF, à titre d’exemple affecte 10 fois plus à l’aide sociale (la maladie, les accidents de la vie, les aides aux confrères honoraires qui ont du mal à payer leur maison de retraite….).
- Instituer une adresse email avec @barreaudeparis.fr pour l’ensemble des Confrères qui le souhaiteront l’utiliser.
- Les adresses emails des Confrères ne seront jamais communiquées aux publicitaires, entreprises…
- Suppression des subventions aux associations et aux syndicats, lesquelles doivent vivre des cotisations de leurs adhérents. En d’autres termes, l’argent des avocats n’ira jamais à la trésorerie des associations.

Les économies réalisées seront affectées à la solidarité et à la réduction des cotisations de nos confrères.
Nous veillerons au respect de la confraternité.
Nous ferons de la transition numérique un objectif majeur de notre Bâtonnat et de notre vice-Bâtonnat.
Nos engagements : proximité, transparence et réduction de la fracture professionnelle.

Quels sont les dysfonctionnements à l'Ordre ? Que proposez-vous comme solution(s) ?

Vaste programme !

- La gouvernance de l’Ordre est lourde.
- La communication de l’Ordre est difficilement lisible.
- L’image de l’Ordre est déficitaire.
- L’Ordre souffre de l’entre soi.
- L’Ordre n’est pas une force de proposition sur les sujets qui impactent notre profession.
- L’Ordre consacre à peine 1% de son budget à la solidarité.

Nous proposons :

- Lutter contre le gaspillage afin de redistribuer efficacement et d’une manière égalitaire.
- Travailler pour une transparence effective.
- Réduction de la fracture professionnelle.

Qu'avez-vous de plus que les autres candidats ?

Nous sommes les seuls à faire les propositions suivantes :

- Nous diviserons par deux l’indemnité du Bâtonnier et du vice Bâtonnier. Pour nous, c’est ça le dévouement et c’est ça le désintéressement.
- Nous commanderons un audit des finances de l’Ordre. Les résultats seront publiés.
- Les dépenses de l’Ordre supérieur à 20.000 € feront l’objet d’un appel d’offres.
- Le budget de l’Ordre consacre 120.000 € à la solidarité, soit entre 0% et 1% dudit budget, alors que la CNBF, à titre d’exemple affecte 10 fois plus à l’aide sociale (la maladie, les accidents de la vie, les aides aux confrères honoraires qui ont du mal à payer leur maison de retraite….).
- Nous renoncerons au bénéfice de l’appartement mise à la disposition du Bâtonnier (4ème  étage de la maison du Barreau).
- Nous sommes les avocats des 70% des Confrères qui ont du mal à joindre les deux bouts. Nous ne réjouissons pas, mais, ils sont majoritaires à Paris.
- Nous sommes des avocats de terrain et de proximité. 

Propos recueillis par Arnaud Dumourier(@adumourier)