Le recours en suspension du visa d’exploitation d’un film doit être formé devant la CAA de Paris

Médias
Outils
TAILLE DU TEXTE

Rejet du recours en suspension d’un visa d’exploitation, délivré à un film par le ministre de la Culture, formé devant le juge des référés du Conseil d’Etat, les décisions relatives à la délivrance ou non d’un tel visa relevant de la compétence de la cour administrative d’appel de Paris.

Un producteur a demandé au juge des référés du Conseil d'Etat de suspendre l'exécution de la décision de la ministre de la Culture attribuant un visa d'exploitation au film "L'Homme qui tua Don Quichotte", soutenant que la société de distribution et le réalisateur de ce film ne disposent pas des droits d'exploitation, ainsi que d’enjoindre à cette dernière et au directeur général du festival de Cannes de ne pas exploiter ce film. Dans une décision du 18 mai 2018, le Conseil d’Etat rappelle qu’en (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne