UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Paul Lignières : « J'ai pour responsabilité de valoriser l’université catholique notamment en développant les relations avec les entreprises, les pouvoirs publics, les anciens étudiants et au niveau international »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Paul Lignières qui quitte la profession d'avocat pour devenir Vice-Recteur en charge des Relations Externes à l’Institut Catholique de Paris (ICP). Il nous explique ce choix de carrière inédit dans la profession.

Pourquoi quitter la profession d'avocat pour devenir vice-recteur des Relations Externes à l’ICP ?

C’est le choix de la liberté qui m’avait fait rejoindre la profession d’avocat. J’ai trouvé dans ce métier ce que j’y recherchais. Il m’a garanti la liberté de pensée, il m’a apporté une certaine liberté matérielle et il m’a surtout permis de mieux comprendre le monde. J’ai équilibré les contraintes d’une spécialité en droit public très nationale par nature, avec l’exercice dans des environnements très internationaux - qui m’ont permis de rencontrer le monde entier. J’ai changé de métier pendant quelques années à la Banque mondiale et exercé des fonctions de management. J’ai toujours vu ces différentes expériences comme des passages. « Il est bon de suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant » disait André Gide.

Mes liens avec l’université ont toujours été forts avec une importante activité académique de publications, d’enseignement et de conférences. La culture catholique, dont j’ai hérité, m’a donné la conviction que l’Église gagnerait à accueillir plus de laïcs. Je rejoins donc là une université catholique, soit mes deux Alma Mater d’un seul coup, d’un seul ! Il en faut de la patience et de la détermination pour réaliser ses rêves !

Vous avez conscience que ce choix peut surprendre ?

Bien sûr, mais ceux qui me connaissent ont compris qu’il s’agit d’un choix logique en accord avec moi-même et surtout mûrement réfléchi et préparé. J’ai toujours placé l’engagement au service des autres au cœur de mes décisions. Mon parcours a été diversifié comme je l'ai indiqué, et je ne voulais pas être prisonnier de prétendues zones de confort ou de contraintes que j’aurais moi-même créées. Durer, rester, maintenir sont des verbes qui auraient pu éteindre chez moi le feu sacré.

En rejoignant l’ICP, je poursuis un rêve ! Ce changement implique des sacrifices matériels importants pour moi mais ils sont à la hauteur de mes ambitions pour cette institution. Tout cela me semble cohérent. Je veux continuer à m’assurer que chaque jour soit le plus beau jour de ma vie professionnelle !

Quelles seront vos missions à l'ICP ?

J’ai envie de mettre mon expérience au profit de l’Institut. En tant que Vice-Recteur en charge des relations externes, je vais aider cette université à mettre en œuvre son ambitieux plan stratégique et à révéler son potentiel. J’ai notamment pour responsabilité de valoriser l’université catholique en développant les relations avec les entreprises, les pouvoirs publics, les anciens étudiants et au niveau international. Je suis convaincu que l’ICP, qui perpétue la tradition multiséculaire des universités médiévales, peut apporter beaucoup en faisant rayonner ses trésors dans le monde contemporain. Il s’agit, pour reprendre la belle expression de Charles Péguy, d’un « réservoir sans fin pour les âges nouveaux ».
C'est passionnant !

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)

A propos de Paul Lignières

Paul Lignières a prêté serment à Montpellier en 1993 après avoir suivi l’école de formation des avocats. Il s’est ensuite inscrit au Barreau de Paris en 1994. Diplômé de Sciences Po Toulouse, il a été lauréat de l’Université de Montpellier au concours général de Droit puis Vice-Major du Magistère DJCE. Il a soutenu sa thèse de doctorat en 1993 (mention TB avec félicitations du jury et publication).
Il a exercé au sein de Coopers & Lybrand juridique et fiscal (actuellement PricewaterhouseCoopers) où il a créé le département de Droit public économique. Il a ensuite exercé deux ans à la Banque mondiale, à Washington D.C. en tant que Private Sector Development Specialist puis Senior PSD Specialist.
En 2003, il rejoint Linklaters LLP comme Counsel pour y créer le département de Droit public. Associé en 2005, il a été nommé en 2010 National Managing Partner et membre de EuroCom (le comité de direction européen de Linklaters) jusqu’en 2016. Il a fait adhérer le cabinet à la Charte de la diversité. Il a cofondé en 2015 la Fondation d’entreprise Linklaters, dont il est toujours trésorier. Cette fondation est dédiée aux activités pro bono ainsi qu’aux initiatives de mécénat culturel.
Il est, depuis 2004, Global Infrastructure and Construction Sector Co-Leader et, depuis 2010, coordinateur pour l’Afrique Francophone. Sa pratique professionnelle est consacrée au Droit public économique (privatisations, fusions-acquisitions dans les secteurs régulés, partenariats public-privé et contentieux administratif). Il est classé par Legal 500 dans le Hall of Fame « for overall excellence in Administrative and Public Law » et classé en Band 1 par Chambers – The World’s Leading Lawyers (2004-2018) et dans les trois meilleures équipes de Droit public par Legal 500 (2019).
Il a été membre associé de l’Incubateur du Barreau de Paris (2015-17), de la commission Égalité professionnelle (2015-16) et de la commission Éthique & Vie Professionnelle de l’Avocat (2016) de l’Ordre des avocats de Paris. Il est membre de l’association La fraternité du Barreau de Paris depuis sa fondation en 2016, et du Groupe Avocats - Collège des Bernardins. Il a été chargé du tutorat du projet de la Clinique de l’Ecole du Droit de Sciences Po, en partenariat avec le Barreau de Paris, qui a abouti à la publication d’une étude publiée sur la Responsabilité sociale des cabinets d’avocats (2012-14) et, en partenariat avec l’Incubateur du Barreau de Paris, d’une étude publiée sur l’Innovation dans les cabinets d’avocats (2014-15).
Il a été Président de l’Association Nationale des Diplômés Juristes Conseils Entreprises (ANDJCE) (1997-2003). Il est administrateur de la Fédération nationale pour le droit de l’entreprise (FNDE) depuis 2003.
Il est membre du comité scientifique de la Fondation Robert Schuman depuis 2013. Il est aussi membre, depuis 2015, du conseil d’administration d’Entreprises pour la Cité (ancien IMS Entreprendre), association qui accompagne les entreprises dans leur démarche de responsabilité sociétale. Il été membre de la Commission de préfiguration de l’Ecole de droit de Sciences Po, dirigée par Richard Descoings (2008-10), du comité de direction de la Chaire Mutations de l’Action publique et du Droit Public à Sciences po dirigée par Jean-Bernard Auby (2008-18) et il a assuré la présidence du conseil scientifique du colloque Le futur du droit administratif, qui a clôturé les douze ans d’activités de la Chaire en juin 2018.
Il a été chargé d’enseignements aux Universités de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), Paris 2 (Panthéon-Assas), Paris 9 (Dauphine) et Paris 10 (Nanterre). Il enseigne à Sciences Po et à l'École Nationale des Ponts et Chaussées. Il est membre du réseau international de recherche Contrats Publics dans la Globalisation Juridique (CPGJ). Il est membre du comité d’orientation du Master de Droit international et européen des affaires dans le cadre du partenariat entre l’Institut catholique de Paris et St Mary’sUniversity de Londres. Il codirige la revue Droit Administratif (Lexis-Nexis). Il est l’auteur de plusieurs livres dont Le temps des juristes – contribution juridique à la croissance européenne, Essai, Litec 2012 ou Partenariats public-privé, Litec 2000 et 2005.