UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Julien Nataf, Directeur des Affaires Juridiques Europe d’Ivanhoé Cambridge : « La direction juridique d’Ivanhoé Cambridge en Europe est tournée vers le transactionnel »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Julien Nataf, Directeur des Affaires juridiques d’Ivanhoé Cambridge pour l’Europe. Il revient sur son parcours et présente l’organisation et le fonctionnement de la direction juridique.

Quel est votre parcours ?

C’est un parcours assez classique. J’ai fait mes études de droit à Panthéon-Assas avec à la clé un Master en Droit des Affaires. Je suis également titulaire d’un Master spécialisé en droit à l’ESCP Europe. J’ai eu la chance au cours de ce parcours d’avoir des expériences à l’étranger à la London School of Economics à Londres et à l’université de Montréal.

Après trois ans passés en tant qu’avocat au sein du département « private equity » du cabinet d’avocats Ashust LLP, j’ai rejoint Ivanhoé Cambridge Europe en tant que conseiller juridique en septembre 2014.

En 2017, j’ai eu l’opportunité d’évoluer au sein de l’institution et de prendre en charge la direction juridique d’Ivanhoé Cambridge en Europe.

Comment est organisée la direction juridique ?

Le département juridique d’Ivanhoé Cambridge à l’international compte une trentaine de juristes très professionnels et dotés d’excellentes compétences dans tous les domaines du droit. En Europe, nous sommes six personnes au Luxembourg et à Paris.

Depuis ma nomination, nous avons considérablement renforcé les liens avec le département juridique central basé à Montréal et intensifié notre collaboration afin de partager nos expériences, les meilleures pratiques, et d’échanger sur les transactions. Pour autant, nous bénéficions d’une grande autonomie dans la gestion des dossiers.

Comment travaillez-vous ?

Nous intervenons sur trois grands axes : les transactions d’abord, la gestion d’actifs (asset management et développement) et la gestion corporate de nos entités en Europe. Mon rôle varie selon les dossiers : en effet, la direction juridique d’Ivanhoé Cambridge en Europe est surtout tournée vers le transactionnel : je garde ainsi une très forte implication sur les dossiers transactionnels, notamment lorsque le deal devient stratégique ou technique. J’interviens aussi avec les autres membres du département juridique en Europe sur tous les autres aspects des dossiers (négociation de baux, marchés de travaux suivi corporate) et ils apportent un soutien précieux. Notre palette d’intervention est donc très large, c’est ce qui fait la richesse de notre travail.

Est-ce qu’il y a d’autres problématiques sur lesquelles vous intervenez ?

Nous intervenons de manière croissante sur les questions de compliance et conformité. Les questions d’anti-corruption et de réputation de nos partenaires occupent de plus en plus d’importance dans nos analyses.

Faites-vous appel à des cabinets d’avocats ?

De par la variété de nos dossiers aux quatre coins de l’Europe, nous sommes assistés par des avocats externes. Nous avons la chance de travailler avec des cabinets de grande qualité, par exemple, en Europe avec Allen &Overy, Clifford Chance, Lacourte Raquin Tatar, Gide, CMS et LPA-CGR.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)