UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Formalisme et validité du cautionnement

Sûretés
Outils
TAILLE DU TEXTE

Trois personnes se sont engagées au bénéfice d’une banque en qualité de cautions aux termes d’un acte sous seing privé. Les cautions ont fait précéder leurs signatures respectives des deux mentions manuscrites imposées aux articles L. 341-2 et L. 341-3 du code de la consommation, l’une à la suite de l’autre, sans conclure la première phrase par un point ni débuter la seconde par une majuscule, mais en les séparant d’une virgule. Dans un arrêt en date du 22 janvier 2010, la cour d’appel de Rennes retient que le fait de joindre des mentions prescrites par la loi en une seule et même mention et en les séparant par une virgule, aboutit à une phrase selon laquelle la caution s’engage à rembourser les sommes dues si l’emprunteur n’y satisfait pas lui-même en renonçant au bénéfice de (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne