UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Pas de prise en compte de la vétusté des biens détruits pour l'indemnisation de la victime

Assurances
Outils
TAILLE DU TEXTE

Après la condamnation de l'auteur des dégradations de ses mobiliers, abris et outils de jardin ainsi que de son potager par l'effet d'un incendie, la juridiction du second degré était saisie de conclusions de la partie civile demandant à être replacée dans la situation où elle aurait été si les actes dommageables n'avaient pas été commis. Pour évaluer l'indemnité lui étant due, la cour d'appel de Reims a considéré qu'une partie des biens détruits était vétuste et qu'aucune facture d'achat n'avait été produite. Dans un arrêt rendu le 24 février 2009, la Cour de cassation censure ce raisonnement au visa de l'article 1382 du code civil, rappelant que "le préjudice résultant d'une infraction doit être réparé dans son intégralité, sans perte ni profit pour aucune des parties" et que "la déduction (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne