UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Hervé Delannoy : "Aujourd'hui, nous estimons que nous avons besoin d'un statut, ce statut provient essentiellement de la confidentialité que nous n'avons pas"

Juriste
Outils
TAILLE DU TEXTE

Hervé Delannoy, Président de l'AFJEAuditionné par la mission d'information de l'Assemblée Nationale sur les professions juridiques réglementées, Hervé Delannoy, Président de l'AFJE a insisté sur la nécessité pour les juristes d'entreprise d'obtenir un statut.

Hervé Delannoy, Président de l'Association Française des Juristes d'Entreprise (AFJE) et Directeur juridique de Rallye a été auditionné le mardi 28 octobre 2014 à par la mission d'information de l'Assemblée Nationale sur les professions juridiques réglementées.
A cette occasion, il a rappelé la nécessité pour les juristes d'entreprise d'obtenir un statut : "Aujourd'hui, nous estimons que nous avons besoin d'un statut, ce statut provient essentiellement de la confidentialité que nous n'avons pas", a-t-il indiqué.
Or,  "l
a plupart des juristes étrangers bénéficient de cette confidentialité" et le fait que les juristes d'entreprise français n'en bénéficient pas pas créé un désavantage significatif selon le Président de l'AFJE

En ce qui concerne le statut d'avocat en entreprise, Hervé Delannoy a dit qu'il n'a pas reçu l'accord de la profession d'avocat et est très divisée sur le sujet même s'il a reconnu qu'une grande partie de la profession d'avocat y est favorable.
"Si cette voie là ne convient pas à la profession d'avocats, on ne veut pas forcer la porte des avocats, on ne veut pas nous imposer. Nous avons un métier, il existe. Nous avons besoin de la confidentialité mais elle peut s'obtenir autrement que par le statut d'avocat en ayant un statut de juriste d'entreprise bénéficiant de la confidentialité et en étant suffisant organisés pour permettre à nos juristes d'exercer à l'étranger. Ce que nous demandons c'est d'avoir un statut" a ajouté le Président de l'AFJE.